Derrière l’immigration de masse, il y a la délinquance, l’islamisme, le terrorisme…

Communiqué du 30 avril 2018



Aucune illusion à avoir. Si on ne ferme pas très vite les frontières, tout finira par exploser.

On ne compte plus les personnalités qui évoquent depuis les attentats de 2015, le risque de guerre civile qui plane sur la France. Du Front National à François Fillon, en passant par Chevènement ou l’ex-patron de la DGSI, et bien d’autres encore, nombreux sont ceux qui craignent un embrasement généralisé de notre pays.

C’est dire combien l’immigration est une chance pour la France ! Voilà 73 ans que nous avons fait la paix en Europe, et nos élites dirigeantes ne trouvent rien de mieux que de désintégrer la nation avec une immigration de masse démentielle, malgré l’échec flagrant de l’intégration. Selon un sondage Kantar, paru il y a déjà deux ans, un tiers des Français pensait à l’époque que nous ne partageons rien en commun avec les immigrés. Et aujourd’hui, ils sont 76% à réclamer un référendum sur l’immigration, tandis que deux Français sur trois jugent qu’il faut fermer les frontières et estiment que l’islam est incompatible avec les valeurs républicaines. Mais personne ne les écoute et Macron encore moins que d’autres.

Alors que l’immigration est le plus grand défi que la France doit relever si elle ne veut pas disparaître dans les 30 prochaines années, Emmanuel Macron nous fait son numéro d’illusionniste en prétendant que sa loi asile-immigration est un modèle de fermeté et d’efficacité. Mais « en même temps », il nous affirme que la France va s’africaniser avec l’explosion démographique du continent africain. Bref, pour lui l’immigration est une fatalité à laquelle il faudra bien se résigner. Vu le délabrement de l’Afrique après 60 ans d’indépendance, ça promet ! Paris n’est pas près de voir disparaître ses bidonvilles ! C’est dire la volonté politique du personnage pour protéger nos frontières ! Il s’acharne à faire des Français des citoyens du monde, malgré eux.

Cette loi n’est qu’une mascarade qui non seulement sera totalement inefficace en matière d’expulsions des clandestins, mais qui devient le plus formidable encouragement à l’immigration avec l’élargissement du regroupement familial pour les mineurs isolés. De la poudre aux yeux. Ce sera pire qu’avant.

L’immigration de masse est le tombeau de la France. Et comme le dit Marine : “Derrière l’immigration de masse, il y a le communautarisme, la délinquance, l’islamisme, le terrorisme.” Le “vivre ensemble” n’est qu’un leurre, une grande illusion, une utopie. Nulle part dans le monde les peuples de cultures et de religions diamétralement opposées, n’ont pu cohabiter et vivre en parfaite harmonie. Non seulement les cultures ne se mélangent pas, mais l’islam ne tolère aucune autre religion dès lors qu’il est majoritaire dans un pays. Chaque sourate du Coran prêche l’intolérance. Aux Etats-Unis, ce paradis du “melting pot”, Blancs, Noirs et Latinos ne se mélangent pas. En Amérique du Sud, descendants d’Européens et d’Indiens ne se mélangent pas. En Afrique, les milliers d’ethnies ne se mélangent pas. Le tribalisme est la règle. En Afrique du Sud la nation Arc-en-Ciel devient le cauchemar des Blancs. En Chine, la population composée à 92% de Hans méprise les minorités. En Inde, l’esprit de caste reste omniprésent. Au Japon, il n’y a aucune immigration et l’islam y est inexistant. Et même les musulmans se déchirent depuis 14 siècles entre sunnites et chiites.

Par quel miracle pourraient-ils supporter les non-croyants ? Arabes, Turcs, Persans, Kurdes, tous musulmans, se haïssent. Sans parler des Afghans, des Pakistanais et des Indonésiens qui n’ont en commun que l’islam. Il n’y a que les doux rêveurs européens pour croire au multiculturalisme et au vivre ensemble. Il n’y aura jamais de société multiculturelle paradisiaque parce que c’est impossible. La France va tout simplement se désintégrer et tout le prouve. L’explosion des communautarismes et l’éternel contentieux de la colonisation ou de l’esclavage empêche toute intégration et fusion des différentes minorités pour partager un avenir commun. Il serait temps d’ouvrir les yeux au lieu de nier l’évidence. Nous avons fait la paix avec les Allemands et les Vietnamiens, mais Noirs et Arabes continuent de nous culpabiliser pour un passé révolu au lieu de regarder l’avenir.

Nul ne peut contester les points suivants : Ce sont les Noirs qui organisent des manifestations interdites aux Blancs, mais ce sont les Blancs qui sont traités de racistes et taxés de discrimination. Ce sont les Arabes qui ont dépossédé les Berbères de leurs terres et leur ont imposé l’islam, mais c’est la France qui est accusée de génocide culturel en Algérie. Ce sont les Arabes qui ont refusé en 1947 le partage de la Palestine en deux Etats, juif et arabe, mais ce sont les Juifs qu’on accuse d’occuper illégalement la Palestine. Eternel conflit qui s’est importé dans nos banlieues. C’est en Afrique et au Moyen Orient que perdure l’esclavage en 2018, mais c’est la France et elle seule, qu’on accuse de crime contre l’humanité. C’est le Coran qui prêche la haine des mécréants à chaque sourate, mais ce sont les chrétiens et les juifs qui sont taxés d’islamophobie.

Ce sont les musulmans qui se plaignent de discrimination et d’intolérance quand on interdit le voile ou la burka, mais ce sont les mêmes qui réclament la suppression des crèches dans les mairies, des sapins de Noël dans nos écoles ou des croix dans les lieux publics. Ce sont les musulmans et les islamo-gauchistes qui chassent les juifs des banlieues, mais ce sont d’abord les frontistes et les identitaires qu’on accuse d’antisémitisme, en oubliant que c’est au nom d’Allah que des juifs sont tués. Ce sont les musulmans qui contestent des pans entiers de notre histoire et des chefs d’œuvre littéraires ou artistiques, pendant qu’ils nous interdisent la moindre critique de l’islam et refusent de toucher à une seule virgule des versets du Coran les plus violents. Le délit de blasphème n’existe que pour l’islam. Ce sont, pour finir, les immigrés qui refusent de s’intégrer, mais ce sont les identitaires et les patriotes qu’on accuse de diviser la société !! Nous vivons depuis 20 ans sous la dictature du politiquement correct avec la repentance à sens unique, la tolérance à sens unique, les concessions à sens unique. Nous avons perdu notre liberté d’expression et même d’opinion, alors que nous nous gargarisons chaque jour avec nos droits de l’homme et nos valeurs républicaines. Toutes nos lois se retournent contre nous, y compris le principe de laïcité.

Au nom de l’acceptation de l’Autre, nous renonçons à nos valeurs et nos libertés. La simple défense de nos racines judéo-chrétiennes et de notre culture gréco-latine nous est contestée. Pour les immigrationnistes, le citoyen qui s’inquiète du devenir de son pays et de l’avenir de ses enfants, est aussitôt remisé dans le camp des salauds, des esclavagistes, des racistes, des xénophobes, des fachos et des islamophobes. Caricature ? Non, simple réalité !

Les minorités étant dans le camp des victimes, des dominés et des racisés. C’est Madame Taubira qui a osé dire : « il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » C’est la conception d’une justice impartiale et égalitaire version Taubira ! Comment bâtir une nation unie et solidaire dans ces conditions, puisque le Blanc est l’éternel coupable et le restera encore pendant 1000 ans ? Comment partager un même destin quand on n’a rien en commun ? Des pans entiers du pays se dérobent à l’autorité républicaine, à la culture française, au mode de vie français, vomissant la civilisation occidentale pour nous imposer un islam politique conquérant qui disloque la nation. Le refus de s’intégrer chez des millions d’immigrés finira par pulvériser les illusions du “vivre ensemble”. Mais quand et à quel prix ? Ceux qui prétendent que l’immigration est une fatalité sont des menteurs. Il n’y a pas d’immigration dans les pays de l’Est. Il n’y a pas d’immigration au Japon car les lois protègent les citoyens japonais. Il faut fermer les frontières, c’est le seul espoir d’éviter une explosion de la société, une partition, ou pire, une guerre civile dévastatrice. Hélas, l’heure n’est pas encore à la prise de conscience salvatrice.

Non seulement l’appel des 300 a déjà été oublié et enterré, mais gouvernement et autorités musulmanes ont culpabilisé les signataires ! Place aux berceuses du politiquement correct. La soumission est toujours de rigueur.

Source: Riposte -Jacques Guillemain-