Union d'un jour débats de toujours

C'est une chose magnifique que l'union nationale. Quand elle nous rassemble, au-delà des étiquetages, elle ne doit pas se ternir de querelles subalternes. Profitons-en pour rappeler que dans les occasions précédentes les Français ont témoigné, trop brièvement mais au-delà des incertitudes ravageuses, combien nous devons avoir confiance, sinon dans nos politiques, encore moins dans nos technocrates, mais dans notre police, nos services de renseignement, notre gendarmerie, notre armée.

Car en ce 28 mars, cinq jours après l'attentat de Trèbes c'est la France unanime qui rend hommage, avec émotion, à l'héroïsme du lieutenant-colonel Beltrame. En même temps, l'unanimité nationale entend aussi s'investit sans véritable exception autour des victimes de l'attaque de Trèbes du 23 mars comme de Mireille Knoll, assassinée la veille.

Commençons, avec ce cas, à évoquer, hélas, les choses qui fâchent. Sans nous engouffrer dans aucune polémique, malsonnante dans le contexte, reconnaissons, à propos de l'horrible meurtre dont celle-ci a été la victime, que le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb n'a pas fini de nous surprendre. Il nous certifie, en effet, que son assassin n'était "pas du tout radicalisé".

Son inspiration ne fait pourtant guère de doute, son complice l'ayant entendu crier le rituel "Allahou akbar".

Or, ce qui montre le peu de sérieux de notre ministre, c'est précisément l'argument qu'il invoque : Yacine M., selon lui, ne doit pas être considéré comme un islamo-terroriste puisqu'il compte, nous précise-t-on, 22 à 24 inscriptions au TAJ, traitement d'antécédents judiciaires.

Islamiste ? "Pas du tout. Lui, ‑ à entendre le locataire de la place Beauvau – c'était le profil petit voyou de quartier qui allait faire des rapines."

Mais précisément, cher Monsieur le Ministre, ci-devant maire de Lyon, vous devriez le savoir : c'est dans ce vivier de la délinquance ordinaire que se recrutent les plus acharnés des djihadistes, endoctrinés dans les prisons, après avoir été dressés contre la France dans les écoles de la République.

Cela se manifeste dans le cas de Yacine M.

Cela se retrouve exactement dans le cas de Radouane Lakdim.

Tristes débats, pauvres divisions : les uns veulent à tout prix ménager ce qu'ils considèrent comme la deuxième religion du pays. Pour eux, sans doute, les assassins ont quelque chose à voir avec le protestantisme. Pour eux il ne convient pas de voir en face l'existence d'un antisémitisme musulman dans les banlieues.

Le philosophe Robert Redeker observe enfin que "l'unanimisme dans la célébration ne doit pas cacher – comme elle le voudrait pourtant – que le geste héroïque de ce militaire met notre culture bien mal à l'aise. J'imagine le président de la République tourmenté : comment peut-on célébrer à la fois Mai 68 et Beltrame ? La réponse est évidente : en occultant quelque peu les motivations de son acte héroïque, en insistant sur les valeurs consensuelles, d'une généralité un peu vide, plutôt que sur ce qui les fonde. En présentant devant les masses un tour de passe-passe semblable à celui auquel se livrent les officiels lorsqu'ils proclament que les soldats de la Grande Guerre sont morts pour la paix, pour la réconciliation entre les nations, pour des valeurs, alors qu'ils sont morts pour la France, pour la patrie…"

Essayons, autant que possible, de leur arriver à la cheville.